Préambule

Ce panorama n'est qu'un début d'essai de mise en forme d'une présentation de ce que l'on peut faire avec un peu de volonté pour utiliser Linux !
Ceci étant, je ne suis pas un grand spécialiste de Linux et je peux seulement dire que je commence à l'utiliser de manière correcte.

Il me semble que la <<possession>> de Linux est le résultat d'un cheminement de durée différente selon les personnes. La durée de l'imprégnation dépend évidemment beaucoup de l'aliènation que  l'on a vis à vis de windows, mais elle dépend aussi de la manière que l'on peut appréhender une vision assez nouvelle de l'informatique. On peut aussi dire que le regard que l'on porte sur Linux dépend de la profondeur de son propre esprit critique et de l'idée que l'on se fait de la liberté (ça paraît grandiloquent n'est-ce pas !).

Aller vers Linux n'est pas aller vers la facilité au début, mais au bout de presque 6 ans  d'utilisation relativement  "cool", je peux faire un bilan très positif quant à mon usage personnel :
 

  • Il possède toutes les caractéristiques d'UNIX et un véritable sytème multitâches et multi-utilisateurs ;
  • Il est très convivial grâce à son interface graphique X-Window et il ne prend pas grand place, mais il est constamment en évolution ;
  • Les forums qui lui sont consacrés offrent une source performante pour l'aide en ligne ;
  • Dire qu'il est gratuit, puissant et populaire  (dans la communauté des pionniers d'Internet et dans dans toutes les universités du monde) serait un pléonasme alors disons qu'il est pratique et sympathique ce qui change un peu des produits uniquement commerciaux.

  •  

    Pourquoi ?

    Notre équipe pédagogique  avait une raison objective de s'équiper avec Linux, en effet, en BTS informatique industrielle le programme ainsi que la plupart des sections y font plus ou moins référence (Unix). Le saut dans un relatif inconnu a été peut-être facilité par le fait que j'utilise Emacs et LaTeX pour composer mes documents (cela peut paraître étrange mais c'est ainsi).

    Nous avons alors commandé un logiciel particulier SoftWorks qui allait nous permettre de travailler en multitâche et multi-utilisateurs sur des cibles distantes.
    L'installation s'est faite au début de septembre 1997.
     

    Comment ?

    En pleine rentrée scolaire nous étions donc pris par le temps et il a donc fallu faire un rapide choix entre 3 options pour l'installation :
     
  • Première solution : chaque utilisateur a tous les outils sur sa machine ;
  • Deuxième solution : L'utilisateur se loge en local mais son <<homedir>> est quelque-part sur le serveur. Donc chacun compile, etc, ... localement, mais je n'ai pas encore la pratique de NFS !
  • Troisième solution : Fonctionnement centralisé : tout est centralisé sur le serveur mais chaque machine peut, en local, compiler, déboguer et travailler directement sur les cibles sans passer par le logiciel SoftWorks.

  • La 2ème solution est probablement la meilleure, mais pour des raisons de temps, de manque de formation et de <<spécificités>> due à l'éloignement de la métropole (ce qui complique tout), nous avons choisi la troisième solution (je devrais plutôt dire qu'elle s'est imposée à nous).
    Depuis 1999 certaines machines sont utilisées pour des tp  sur des cibles locales du type Electrome : ascenseur, parking, carrefour.
     

    Maintenant

    maintenant  en 1ère année de BTS, nous avons fait des séries de TP dont un peu moins de  50% se font sur Linux le reste se faisant sur W95.
    En deuxième année quelques projets utilisent aussi Linux mais aussi beaucoup OS9-68000 qui est, somme toute, un petit cousin de Linux.
     

    C'est quoi les cibles  MII (microprocess)?

    Ce sont (pour rester concis) des <<racks>> comportant des cartes sur fond de panier (bus G96 pour certaines et bus VME pour d'autres) tournant sous OS9-68000. On a ainsi :

    Qui c'est SoftWorks ?

    C'est un outil de développement croisé.

    De quoi est-il fait et à quoi sert-il ?
     

  • Chaîne de compilation croisée C/C++ ;
  • Débogueur croisé temps réel multitâches ;
  • Interface homme-machine conviviale  (le débogueur ressemble beaucoup à xxgdb de Linux) ,  qui permet de profiter du confort d'un PC ( à défaut d'une station de travail) pour la mise au point sur cible ;
  • La génération de code se fait pour  Softkernel (exécutif temps réel que nous venons d'obtenir), OS9, etc... ;
  • Simulateur pour la mise au point sans cible y compris pour les entrées/sorties.

  •  

    Où  et avec quoi  ?

    Ce qui suit va être un (trop) rapide panorama du matériel  et du logiciel à ce jour.
      Il existe 2 salles (pour le moment) utilisant le réseau Éthernet :
     

    Quelques exemples de ce que nous faisons sous Linux

      Les TP sous WNT sont essentiellement tournés vers l'apprentissage et la mise en oeuvre des entrées-sorties en mode local c'est à dire les E/S série (com1 ou com2) et/ou parallèle. Ils utilisent pour ce faire  C, C++ et C++Builder  : par exemple les commandes d'afficheurs, les crayons optiques (code barre) et les cartes à puce et depuis peu la commande de TES avec liaison jbus.

    Les TP sous Linux sont essentiellement tournés vers l'apprentissage  et la mise en oeuvre de processus sur des cibles distantes mettant éventuellement en jeu du <<multitâches>>. Ils utilisent pour ce faire  C et C++ sous Emacs,  SoftWorks et le réseau  Éthernet :  par exemple les liaisons séries, l'étude des asservissements de position et de vitesse, la mise en oeuvre de petites parties opératives telles que convoyeur, barrières automatiques et carrefour (Electrome) et ascenseur (Electrome).



    Bernard Le Fol

    samedi 25 mars 2000
    adresse :
     mailto:bernez.arfoll@wanadoo.fr